Remise de lettre de confirmands Eglise des Epesses le 18 nov 2018

La remise de lettre des confirmands


Lors de la célébration du 18 novembre, les 16 confirmands de notre paroisse ont pu remettre leur lettre. Après plus d'un an de préparation en groupe, avec leurs tuteurs et leurs familles, ils ont réfléchi au chemin parcouru depuis le baptême. Cette route, « l'ensemble de tout ça » déclarent-ils, a motivé chacun à écrire sa demande. Plein de vie, ces jeunes, à la fois sérieux et enjoués, ont pris le temps de poser les mots sur papier : « Ça permet de s'impliquer plus » explique l'une d'elles, « on voit les mots qu'on écrits » ajoute une autre. « C'est mieux de donner la lettre pour que l'évêque ait notre courrier dans sa main » affirme une jeune, aussitôt soutenue dans ses propos par ses pairs.
L'écrire à la main, c'était une évidence pour eux ! Ils ont exprimé leur souhait de recevoir le sacrement de confirmation. Ils sont encore jeunes, et pourtant, dans leurs écrits, l'évêque va recevoir leur demande comme un besoin, un souhait, un désir fort. Ils sont grands sans être adultes et déjà posent des actes de foi. Ils laissent ainsi une trace, l'empreinte d'un chemin. L'expression de leur chemin vers Dieu.

Lors de la célébration, une des jeunes a lu le texte de lecture, tandis qu'un autre, accompagné d'un membre de sa famille, a énoncé les intentions de prière. La communauté était à l'écoute de ces nouvelles voix claires. « On est prêt à recommencer ! » se proposent plusieurs d'entre eux. Une autre suggère « d'aider, accompagner les plus jeunes, devenir tutrice à son tour un jour ». Que d'espérance vous semez autour de vous, les jeunes ! « Quelle richesse vous êtes ! » a conclu l'abbé Morineau.

Novembre s'est achevé et décembre nous ouvre le temps de l'Avent. Comme nous, ces jeunes se préparent à Noël, pour accueillir le fils de Dieu. Puis, le 3 février, lors de leur confirmation, ils seront marqués de cette trace indélébile qui exprime le don de Dieu et fera d'eux par ce saint sacrement des adultes dans la Foi.

Stéphanie B.